Poèmes aviaire

Mésange à tête noire

 Valse des saisons

 

L’automne est là, bosquet teinté

Très tôt levées, elles trouveront

Alliance aidant, cohorte créée

L’horizon gelé, elles surmonteront

 

L’hiver est là, sorbiers givrés

À l’aube, hardies, elles picoreront

Froideur, groupées, sera aisé

De courage armées, elles survivront

 

Printemps est là, arbres en bourgeons

Roméo chantant, amour trouvé

Couple acharné, évidant tronc

Pour que vie soit renouvelée

 

Été est là, fleurs de juillet

Couvée fragile, elles protègeront

Bientôt Bonheurs seront fin prêts

Pour qu’encore valsent les saisons

 

 

 

 

 

Gros-bec errant

  

Je t'attends 

 

Ailé safran

tu es soleil et merveille

je t’attends

  

  Ailé chatoyant

tu es élégance et brillance

je t’attends

 

  Ailé gourmand

tu es goulu et dodu

je t’attends

 

  Ailé hélant

tu es bruyant et retentissant

je t’attends 

 

Grand nomade te voilà

Regard masqué tu es là

Volage, au gré, tu t’en vas

Gros bec errant tu repasseras

   Je t’attends…

 

 

  

Durbec des sapins

 

 

L'éclaircie

 

 

 

De ma fenêtre il fait soleil

  

Là dans le ciel, couple merveille

  

Elle est olive, lui est vermeille

  

Aucun oiseau n’est leur pareil

 

 

De ma fenêtre c’est radieux

 

Là sur la branche couple prodigieux

 

Ils sont rondelets et mélodieux

 

Sans aucun doute ils viennent des cieux

 

 

De ma fenêtre je suis ravi

 

D’un seul coup d’ailes ils sont partis

 

Laissant mon cœur sans préavis

 

Dans le sommeil et dans l’envie

 

 

De ce moment je garde en cage

 

Toutes les beautés de cette image

 

Demain Durbecs de leurs branchages

 

Verront pointer mon gai visage.

  

 

 

 

 

Oiseaux

 

 

Lévitas

 

Ailes agiles

et plumes rosées

 

Bec habile

tisseur doué

 

Tarses subtiles

et doigts serrés

 

Par ta puissance

et légèreté

soulève l’homme

à ton égalité

 

 

 

 

 

 

 

   

 Joseph Simard