Pics

Grande famille d'OISEAUX grimpeurs, les Picidés, comprenant 216 espèces, dont 14 vivent au Canada. Ce sont les pics à ventre roux, à tête rouge, de Lewis, chevelu, mineur, à tête blanche, tridactyle, à dos noir, maculé, à poitrine rouge, de Williamson, et flamboyant (dans l'ordre Centurus carolinus, Melanerpes erythrocephalus, Asyndesmus lewis, Picoides villosus, P. pubescens, P. albolarvatus, P. tridactylus, P. arcticus, Sphyrapicus varius, S. ruber, S. thyroideus et Colaptes auratus) et le grand pic (Dryocopus pileatus). On trouve des pics presque partout au monde. Si la plupart sont sédentaires, beaucoup de ceux qu'on observe au Canada sont migrateurs. Le vol du pic est ferme, rapide et onduleux. Sa taille varie de 8 à 60 cm de long. Son plumage est coloré de noir, de blanc, de jaune, de rouge, de brun et de vert; sa tête est souvent rouge ou jaune. De nombreuses espèces sont rayées, striées ou tachetées, en particulier sur le ventre, et possèdent une crête proéminente. Le corps du pic est lourd; ses ailes sont modérément longues et plutôt incurvées, et sa queue arrondie ou carrée. Son bec, en forme de ciseau, est fort et habituellement droit. Ses narines se dissimulent dans des touffes de poil. Ses pattes, habituellement courtes et fortes, sont dotées de quatre doigts, deux devant et deux derrière - quelques espèces (deux au Canada) ne possèdent que trois doigts, dont un derrière - pourvus d'ongles acérés et recourbés vers le bas, qui lui permettent de s'agripper verticalement à l'arbre ou à la face inférieure des branches. Il s'aide des plumes de sa queue, raides et pointues, lorsqu'il grimpe et descend. Le pic se perche rarement.

 

                                                                                     (Suite bas de page

Il est essentiellement arboricole, quoique certaines espèces (le pic flamboyant) passent beaucoup de temps au sol. Avec son bec en forme de ciseau, il fouille dans les troncs à la recherche de larves. Le Sphyrapicus, entre autres, perfore à plusieurs reprises l'écorce des feuillus pour en tirer la sève. D'autres pics (le pic flamboyant) capturent des fourmis grâce à la salive gluante sécrétée par les glandes qui recouvrent leur longue langue extensible. En saison, la plupart mangent des baies: certains attrapent même des insectes au vol.

 

Pour nidifier, le pic creuse une cavité dans une branche ou un tronc, parfois sur un talus. Ses oeufs blancs (deux à huit), pondus sur une couche de copeaux, sont couvés et nourris par les deux parents. Les nouveau-nés sont dépourvus de plumes. Le pic chante fort et sur plusieurs tons; il tambourine aussi avec son bec, surtout durant la saison de nidification et lorsqu'il trouve une surface particulièrement résonnante. Il est très utile pour l'élimination des insectes xylophages, et les études ont montré qu'il choisit justement les arbres qui, malgré leur apparence, sont touchés par ces insectes.

 

 

Auteur HENRI OUELLET

 L'Encyclopédie canadienne