Oiseaux divers

L'Oiseau est membre d'un groupe unique de VERTÉBRÉS : la classe des Oiseaux. Les FOSSILES, l'anatomie comparée et l'embryologie indiquent que les Oiseaux ont un ancêtre commun avec les REPTILES et les DINOSAURES. Les paléontologistes croient généralement que, parmi les Reptiles vivants, les crocodiles sont peut-être les plus proches parents des Oiseaux, mais de récentes découvertes laissent croire que les Oiseaux sont peut-être aussi apparentés aux petits dinosaures.

 

Adaptations au vol
L'unicité des Oiseaux s'explique par deux caractéristiques anatomiques majeures : des plumes, probablement développées à partir des écailles des Reptiles, qui forment une couche isolante permettant de maintenir une température interne constante indépendante de celle de l'air ambiant ; et des membres antérieurs qui, à partir des pattes à cinq doigts de leurs ancêtres reptiliens probables, se sont transformées en ailes couvertes de plumes qui donnent aux Oiseaux la faculté de voler.

 

                                                                                    (Suite bas de page)  

 

Parmi les autres adaptations des Oiseaux, on compte les modifications de leur squelette : son poids a diminué grâce à l'apparition d'os creux remplis d'air. Sa rigidité s'est accrue grâce à la fusion de ses différentes parties (p. ex. sections de la colonne vertébrale). Il offre également des projections osseuses (apophyses) auxquelles les muscles du vol sont attachés, par exemple la bréchet (crête en saillie) du sternum.

Un ensemble de sacs aériens qui pénètrent dans les os et entre les muscles se sont développés à partir des poumons. Ce type de système respiratoire diminue la masse corporelle et augmente l'efficacité des échanges gazeux en permettant l'apport continuel d'air frais sur les surfaces respiratoires. Le poids des Oiseaux a également été réduit grâce à leur faculté d'excréter un déchet azoté (acide urique) dont l'évacuation requière peu d'eau. Les Oiseaux n'ont donc pas besoin de transporter cette eau.

 

Leur système reproducteur est actif de façon saisonnière. Il s'élargit et s'alourdit pendant la brève période de reproduction. Chez la femelle de la plupart des espèces, il comprend un seul ovaire et un oviducte qui produisent des oeufs entourés d'une coquille, ce qui permet au jeune de se développer à l'extérieur du corps de la mère et contribue également à réduire le poids de la femelle.

 

Ces adaptations de forme, de fonction et de comportements associés ont permis aux Oiseaux de surmonter ce qui était, pour les autres Vertébrés, des barrières géographiques infranchissables et d'exploiter pratiquement tous les habitats, depuis la toundra arctique et le désert inculte jusqu'aux forêts tropicales et aux vastes océans.

 

Avifaune canadienne
Au Canada, on a dénombré environ 425 espèces d'Oiseaux nicheurs. Presque partout au pays, la majorité des espèces sont migratrices : elles arrivent au printemps pour nicher et élever leurs petits et volent vers des climats plus chaud à l'automne. Quelques espèces sont résidantes, même dans l'Arctique où des Oiseaux comme le Grand CORBEAU, le Goéland bourgmestre (voir GOÉLANDS ET MOUETTES ) et le LAGOPÈDE des rochers sont adaptés à exploiter les maigres ressources alimentaires disponibles durant les longs hivers sombres.

 

À la fin de l'automne, dans les régions plus méridionales du Canada, les visiteurs arrivent des aires de reproduction des îles arctiques, de la toundra et de la forêt boréale et s'en vont hiverner le long des côtes marines, dans les forêts décidues de feuillus et dans les plaines centrales. Parmi ces visiteurs, on compte des espèces comme le Canard kakawi (voir CANARD), le Sizerin, le Durbec des pins (voir GROS-BECS, DURBECS ET CARDINAUX) et le Bruant des neiges (voir PASSERINS ET BRUANTS).


Reproduction
Les Oiseaux sont habituellement plus voyants durant leur période de reproduction. C'est à ce moment que la plupart des espèces manifestent des comportements complexes incluant des parades nuptiales et des chants. Le plumage nuptial, particulièrement remarquable chez les mâles reproducteurs, les rend très voyants pendant leur parade rituelle. L'exemple le plus spectaculaire est peut-être le paon. Les Oiseaux se font aussi remarquer durant cette période par les sons qu'ils produisent, particulièrement quand les mâles de plusieurs espèces chantent pour indiquer qu'ils occupent un territoire. 

 

La majorité des espèces semblent établir des territoires de nidification. Ceux-ci prennent diverses formes variant de superficies assez grandes où les Oiseaux nichent et trouvent la plupart de leur nourriture, par exemple le MERLE D'AMÉRIQUE, à de très petits espaces où il n'y a de la place que pour le nid, par exemple les espèces coloniales comme le Goéland à bec cerclé. Ils défendent leur territoire contre les individus de leur espèce et, dans certains cas, contre d'autres espèces étroitement apparentées.

Les Oiseaux construisent leur nid et pondent leurs oeufs dans les limites de leur territoire. La taille de leur couvée varie considérablement, de l'unique oeuf des OISEAUX MARINS nichant sur les falaises comme le FOU DE BASSAN, aux quelques 18 oeufs du GIBIER À PLUMES comme la Perdrix grise. L'éclosion a lieu après une période d'incubation variant d'environ deux semaines chez les petits Oiseaux chanteurs comme les HIRONDELLES et les BRUANTS à environ neuf semaines chez les grandes espèces comme les Albatros.

 

Oisillons

Les oisillons requièrent des soins parentaux pendant un certain temps. Les petits des espèces comme le TROGLODYTE familier et le Merle d'Amérique naissent sans plumes et restent au nid jusqu'à leur premier envol. Les deux parents leur apportent de la nourriture pendant toute la durée de la nidification. Pour ces animaux, la disponibilité de nourriture est un facteur essentiel. Les petits d'autres espèces comme la GÉLINOTTE huppée et la BERNACHE DU CANADA sont capables de se nourrir eux-mêmes peu après l'éclosion. Chez ces espèces, les jeunes quittent rapidement le nid, toujours accompagnés d'un ou des deux parents. Leur aptitude à éviter les prédateurs avant d'apprendre à voler est d'une importance capitale, comme le suggère le merveilleux camouflage créé par les couleurs et l'agencement de leur duvet

 

Régime alimentaire
Les Oiseaux ont acquis l'aptitude d'utiliser une grande variété d'aliments. Certaines espèces sont principalement herbivores : les Oies broutent les plantes herbacées, les Gélinottes broutent les feuilles et les aiguilles des plantes ligneuses, plusieurs espèces tropicales se nourrissent presque seulement de fruits, et les espèces d'un groupe qui inclut les COLIBRIS boivent le nectar des fleurs.

 

De l'autre côté du spectre alimentaire, on trouve les Oiseaux qui sont principalement carnivores : les PLONGEONS se nourrissent principalement de Poissons. Les BUSES, BUSARDS ET ÉPERVIERS ainsi que les HIBOUX se nourrissent essentiellement de Vertébrés terrestres tels que les Rongeurs. Un grand nombre de petits Oiseaux ont également appris à exploiter les populations d'Insectes partout sur la Terre. Parmi ceux-ci, on compte des espèces aussi diversifiées que les MARTINETS et les Hirondelles, qui se nourrissent d'Insectes aériens, les PARULINES forestières, qui fouillent les feuilles des arbres à la recherche des Insectes qu'elles abritent, et le CINCLE PLONGEUR, qui parcourt les ruisseaux rapides pour y trouver les Insectes aquatiques qui vivent parmi les sédiments du fond.

 

Auteur D.A. BOAG

L'Encyclopédie canadienne